Membre à l’honneur : Securex France – un regard croisé franco-belge proposé par Wim Windels et Pierre Girard

Sans titre (57)

Un regard croisé franco-belge proposé par Wim Windels (Country Manager France – Securex) et Pierre Girard (Responsable RH, spécialiste Paie & Droit social) et

Securex, prestataire spécialisé dans la gestion des RH & de la Paie, accompagne les entreprises françaises et étrangères de A à Z dans la gestion globale et quotidienne de leurs salariés :

• Accompagnement au niveau des problématiques RH et des démarches administratives
• Accompagnement juridique en droit social
• Gestion de la paie
• Prestations de contre-visites médicales et prévention de l’absentéisme

  • Quelles évolutions voyez-vous dans le paysage de la paie ?

Nous observons 2 tendances au sein des entreprises.

Une première tendance à l’externalisation. Celle-ci est due à la complexité croissante de la gestion de la paie et des Ressources Humaines, mais également du fait d’un important turn-over dans ces métiers.

Nous constatons qu’il est de plus en plus difficile de d’attirer et de retenir les talents en paie & RH.

Nous observons également une pénurie de personnes formées et compétentes pour traiter toutes ces complexités. La crise sanitaire n’a fait que confirmer cette tendance. Il faut savoir que la France, d’après l’Indice Mondial de Complexité de la Paie (IMCP) d’Alight, reste le pays le plus complexe en termes de paie. Chaque mois, de nouveaux textes en droit social sont publiés et ont un impact direct sur la paie. La Belgique quant à elle, se situe au 3ème rang, après l’Italie.

Ensuite il faut traduire ces nouveaux textes en langage RH pour nos clients et leurs salariés. Il est de notre rôle d’en expliquer les nouveautés et les conséquences.

De plus, le rôle sociétal de la paie s’accroît. Face aux crises sanitaires, économiques, au prix de l’énergie qui flambe, le gouvernement français prend des mesures sociales qui passent par les entreprises. Le dernier exemple en date : l’indemnité inflation pour contrer la hausse des prix du carburant. Cette indemnité, votée en urgence et versée directement par le gouvernement aux contribuables, passe par les entreprises et demande un travail très lourd et rapide de la part de celles-ci pour la mettre en place au niveau des salariés.

Deuxième tendance forte : la digitalisation et l’automatisation des process qui sont liés à la paie.

La dématérialisation et la digitalisation constituent une tendance grandissante. La loi de 2017 accroît le besoin d’aller vers des coffres-forts numériques, des bulletins de paie électroniques et met en exergue le besoin des entreprises et des salariés à disposer également de portails pour les salariés/employeurs, de logiciels de paie développés permettant de faire des rapports, des statistiques, de prévoir des budgets. L’automatisation des modules RH, de recrutement, de formation, et d’évaluation du personnel devient de plus en plus importante. La crise sanitaire a amplifié ce mouvement pour une paie beaucoup plus fluide, que ce soit pour les employés comme les employeurs.

  • L’expertise de Securex s’articule autour de 4 grands centres de compétences. Quels sont les problématiques et sujets qui reviennent le plus souvent ?

Plus que jamais, le support juridique est demandé. Informations, formations, simulations, accompagnements ponctuels. Nous recevons de plus en plus de questions de la part des entreprises pour être formées, soutenues, guidées concernant leurs questions d’ordre juridique et RH.

Il y a des grands sujets sociaux qui découlent de la crise sanitaire, comme le télétravail, qui nécessite un accompagnement RH & juridique pour aider les entreprises à mettre en place des accords de télétravail qui tiennent la route.

Également, la problématique du temps de travail devient de plus en plus importante avec la crise sanitaire. Et c’est cohérent, puisque la crise sanitaire a créé un tel électrochoc dans la vie professionnelle et privée des salariés que chaque salarié se pose la question de l’équilibre entre leur vie professionnelle et privée. En découlent des problématiques sur la gestion des heures supplémentaires par exemple.

Enfin, toujours en lien, le bien-être au travail devient un sujet très important. Un vrai besoin d’une reconnaissance professionnelle, et d’un sentiment de bien-être au travail. Cela nécessite un accompagnement de la part des managers mais également de la mise en place d’outils juridiques et RH pour permettre aux salariés d’avoir tous les outils pour se sentir bien, comme par exemple des accords de forfait de mobilité durable qui peuvent permettre une prise en charge plus simple des frais de transport.

Les entreprises cherchent de plus en plus à mettre en place des avantages extra-légaux (couverture mutuelle renforcée, chèque-repas, indemnité de télétravail…) pour permettre le bien-être des salariés mais aussi de les fidéliser. Et nous les accompagnons également sur ces aspects.

  • Que pouvez-vous nous dire sur les différences existantes entre la France et la Belgique en termes d’administration sociale et de ressources humaines ?

Les packages d’avantages extra-légaux sont moins développés en France qu’en Belgique. Mais la situation tend à évoluer avec le développement en France de l’épargne salariale et des véhicules de sociétés par exemple.
Également, les formations et les possibilités d’évolution sont des moyens de se développer individuellement et constituent un facteur pour les employés dans le choix d’une entreprise plutôt qu’une autre. « The War of Talent » est beaucoup plus importante en Belgique qu’en France. Mais la France, pour de nombreuses professions, est en train de connaître cette tendance. Ce retard n’est que temporaire.

Il y a beaucoup moins de dispositifs en France pour verser des sommes d’argent nettes de charges et d’impôts. En France toute prime est soumise à charges. Nous avons récemment eu la prime Macron par exemple, mais elle reste un outil exceptionnel de pouvoir d’achat. Jusqu’ici, cette tendance était peu présente en France mais elle tend, avec la crise sanitaire, à se développer afin de mettre en place des éléments alternatifs au salaire proprement dit. Nous avions un train de retard par rapport à la Belgique mais nous sommes en phase de le rattraper. Il y a cette volonté de pouvoir proposer des packages salariaux étoffés avec différents éléments alternatifs, tels que les titres-restaurants ou l’épargne salariale.

Par ailleurs, il y a une certaine complexité administrative au niveau de la paie, propre à la France.

En Belgique, l’entreprise va payer vers un seul organisme social qui ensuite dispatchera, alors qu’en France ce sont plusieurs organismes sociaux qui doivent être payés chaque mois. Cela change nettement la gestion administrative du personnel.

Dans les 2 pays, nous sommes sur des charges sociales similaires mais ce fonctionnement différent des organismes sociaux au niveau du paiement des charges nécessite d’être accompagné par un expert qui guidera l’entreprise étrangère pour savoir vers qui et quand il faut payer, afin d’éviter des pénalités de retard.

L’autre différence concerne la gestion des contrats de travail, notamment les CDD (contrat à durée déterminée) où la France a une certaine rigueur, alors qu’en Belgique la gestion des contrats semble plus souple.
Autre exemple : le prélèvement à la source. Celui-ci existe depuis 1962 en Belgique alors qu’il n’a été mis en place qu’à partir de 2019 en France. Contrairement à ce que nous pouvions craindre, c’est une réforme qui est vite rentrée dans les mœurs auprès des contribuables français.

Sur l’aspect sociétal de la paie, lorsqu’il y a des changements de taux de prélèvement à la source, beaucoup de salariés ont encore le réflexe d’aller voir l’employeur et non pas le centre des impôts. L’entreprise fait donc office de médiateur entre les deux pour trouver des solutions.

Quoiqu’il en soit, la paie française et la paie belge restent extrêmement compliquées comme le montre l’Indice Mondial de Complexité de la Paie (IMCP) d’Alight, que nous avons évoqué précédemment.

Vous souhaitez être accompagné ? Retrouvez les coordonnées de Pierre Girard et Wim Windels, ci-dessous :

Pierre Girard – Responsable RH, spécialiste Paie & Droit social -  Securex

E-mail : Pierre.Girard@securex.fr

Wim Windels – Country Manager France – Securex

E-mail : Wim.Windels@securex.fr

Site internet : https://www.securex.fr/

 

Publié dans Nos membres à l'honneur